Au cours de ces vingt dernières années, le secteur des services financiers européens a connu des changements structurels majeurs. Tandis que la déréglementation et l’évolution des technologies ont toutes deux concouru à offrir un éventail plus large de services et ont fait monter la pression des prix dans les segments lucratifs de divers marchés financiers, la chasse aux clients fortunés s’est faite au détriment des consommateurs à faibles revenus et des petites entreprises.


Lire la suite...

Les services sont aujourd’hui au cœur de notre économie. Ils représentent près de 70% du produit intérieur brut (PIB) et de l’emploi. On parle beaucoup de la croissance des services mais la question de l’innovation dans ce secteur est le plus souvent absente des débats. Et pourtant...


Lire la suite...

Les fusions annoncées en 1998 entre les groupes pétroliers BP et Amoco, Exxon et Mobil, Total et Petrofina indiquent un changement stratégique d'échelle dans la restructuration de l'industrie pétrolière.


Lire la suite...

Les impôts sont-ils de l'argent perdu? Nombreux sont ceux qui le pensent (1). Les immuables promesses électorales de réduction d'impôts ne sont-elles pas l'indice d'une impression récurrente de “payer trop de taxes” ? C'est que la fiscalité occupe une place importante dans notre société. Sur le plan financier, bien sûr, mais également politique en ce qu'elle traduit dès choix de société. Outre son importance en termes de ressources pour financer les activités des pouvoirs publics, la fiscalité, et plus particulièrement l'impôt des personnes physiques, constitue une pièce maîtresse du dispositif de redistribution des revenus.


Lire la suite...

Plus un jour sans que les oracles des agences de notation soient relayés par les agences de presse. Pourtant, le monde de la notation, malgré une capacité de nuisance évidente, reste encore relativement méconnu. Nous verrons que depuis leur fondation, les agences de notation ont beaucoup évolué sous les coups de boutoir de la libéralisation financière. Une évolution qui revêt toutes les caractéristiques de la corruption. Sans parler d’un parti pris évident pour les institutions anglo-américaines. Des arguments pour une agence publique européenne...

Lire la suite...

À l’instar de ce qu’on a pu voir lors de la crise financière de 2008, les médias ont pris l’habitude depuis le printemps 2011 – dans le contexte de la crise grecque – de relayer minute par minute l’état de santé des principales places boursières européennes. Même les pays les plus solides sur le plan économique connaissent aujourd’hui des difficultés et voient leurs dirigeants contraints d’intervenir, y compris au plus calme de l’été. Les réunions au sommet se multiplient dans le but d’éviter le pire: la faillite des États et ses implications potentiellement dévastatrices sur le plan économique et social. Cette faillite est-elle possible? Première partie d’une analyse en deux temps.

Lire la suite...

Les pays de l’Union européenne connaissent de fortes divergences quant à leur système de fixation du salaire minimum. Ceci explique, par exemple, la difficulté des débats relatifs à la constitution d’un salaire minimum européen. Dans les lignes qui suivent, nous examinerons les évolutions du salaire minimum en Belgique, en France et aux Pays-Bas, et en tirerons des conclusions relatives aux forces et faiblesses de ce minimum salarial.

Lire la suite...

Il paraît bien loin le temps où Winston Churchill pouvait se gausser : « Si vous mettez deux économistes dans une pièce, vous aurez deux avis différents… ». Et d’ajouter perfidement : « à moins que l’un d’entre eux ne soit Lord Keynes. Dans ce cas, vous aurez trois avis différents. » Aujourd’hui, quel que soit le problème soumis à la sagacité des économistes, la réponse est identique : plus de marché, de meilleurs incitants pour les agents, et une dose de dérégulation pour libérer les forces de l’initiative individuelle. Comment cette discipline, reine de la divergence, riche en débats théoriques, et naguère encore affublée du qualificatif « politique », a-t-elle pu se réduire à un savoir sec, instrumental, autiste, car imperméable à tout ce qui échappe à sa grille d’analyse, et qui constitue pourtant la complexité du réel ? Comment le gai savoir a-t-il pu se transformer en une « dismal science » (science lugubre) déjà dénoncée par l’historien anglais Thomas Carlyle, voici deux siècles ?

Lire la suite...

La croissance constitue l’alpha et l’oméga des politiques menées à tous les niveaux de pouvoir. Présentée comme un objectif politique en tant que tel (l’oméga), elle constituerait également la condition de possibilité de toutes les autres politiques, et particulièrement des politiques sociales, de lutte contre le chômage, et de redistribution (l’alpha). Des groupes encore disparates mais de plus en plus nombreux s’interrogent sur les vertus alléguées de la panacée, et en viennent à plaider pour une société de décroissance.

Lire la suite...

La diffusion d’Internet va-t-elle creuser un peu plus les écarts entre les hommes et les femmes, les jeunes et les vieux, les hauts et bas revenus, les professionnels qualifiés et les sans-emploi, les régions ou pays riches et les régions ou pays en retard de développement ? La crainte de voir la « fracture sociale » se doubler d’une fracture numérique est aujourd’hui assez répandue.


Lire la suite...

Le Gavroche

Rien de neuf sous le soleil

D’accord, les Déclarations de politique ne relèvent pas de la franche rigolade. Pourtant,… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

Décembre 2019